28 juillet 2021

Les Monts du Cantal

Après avoir parcouru la Chaîne des Puys et les Monts Dore, voici une troisième région d’Auvergne qui appartient  aussi au Parc Naturel  Régional des  Volcans d’Auvergne. Les Monts du Cantal, très anciens volcans, ont été actifs entre 13 millions et 2 millions d’années. Ils se situent au centre ouest du Massif central.

Les Monts du Cantal

C’est un  stratovolcan (volcan composé de nombreuses couches issues de différentes éruptions  explosives qui expliquent sa forme de cône circulaire) qui mesure  50 à 70 kilomètres de diamètre.  Il a été façonné  par une longue érosion glaciaire et fluviale qui lui donne cet aspect de gâteau découpé en  parts. Son  point culminant est le Plomb du Cantal (1855 mètres) et 11 sommets y  dépassent 1700 mètres. Ce massif au climat rude mais très ensoleillé, est le point de départ de nombreuses activités en été comme en hiver.

Son nom a été donné au département qui le porte mais aussi au célèbre fromage : le très réputé Cantal.

Que faire dans les Monts du Cantal

Randonner en été

De nombreuses randonnées sont à découvrir sur les crêtes et sommets, sur les pentes et dans les vallées des volcans. Elles permettent de découvrir à chaque fois des panoramas à couper le souffle.  Voici les principales à ne pas manquer :

Le Puy Mary (1783m), classé Grand Site de France. Des randonnées de différents niveaux permettent d’accéder au sommet,  la plus courte fait 1h, aller-retour. Du sommet on a l’un des plus beaux panoramas  d’Europe.

Le Plomb du Cantal (1855 m), deuxième plus haut sommet du Massif central, dont le nom vient de « pommeau »,  en référence à son allure arrondie. On peut y accéder en téléphérique à partir de la station du Lioran en 10 minutes. On  arrive au sommet après 10 minutes de marche. On peut aussi y accéder à pied en 1h30 à partir de la station du Lioran et en 2h30 à partir de la station de Prat de Bouc. L’accès est aussi possible  en VTT à partir du Col de Prat de Bouc.

Le Puy Griou  a une forme caractéristique de cône (1690 m),  son nom en occitan signifie « pénible à monter »,  mais 8 randonnées  de difficultés variées permettent à des randonneurs de tous niveaux d’accéder au sommet.

Les monts du Cantal : on peut en faire le tour en 8 jours, en suivant le GR 400.

Au gré de ces randonnées, il ne faut pas manquer de découvrir les nombreux burons, ces fermes d’altitude où sont fabriqués les fromages en été.

Skier dans les Monts du Cantal

Si l’été se prête bien aux randonnées, c’est le ski qui se pratique en hiver dans les monts du Cantal. Voici où en profiter :

Le Lioran : le plus grand domaine de ski alpin du Massif central offre 60 km de pistes accessibles par 20 remontées mécaniques dont un téléphérique. On y skie en famille entre 1850 et 1250 mètres. Pistes de ski nordique et raquettes y sont aussi présentes. A noter que le train SNCF arrive jusqu’à la station.

Haut Cantal-Puy Mary : au pied du Puy Mary, le ski nordique est roi avec 60 km de pistes balisées ouvertes aussi aux raquettes.

Plomb du Cantal : 40 km de pistes de  ski nordique et raquettes.

Le col du Légal : (1231m d’altitude) 38 km de pistes de ski de fond et circuits raquettes.

Port de Bouc , cette station plus modeste propose 9 pistes de ski nordique et 4 itinéraires pour pratiquer la randonnées en raquettes.

Découvrir un riche patrimoine bâti

Envie de se ressourcer entre deux balades en raquette ou à pied ? De nombreux lieux culturels et bâtis vous attendent dans le Cantal !

Salers, (prononcer “salère”) classé parmi les plus beaux villages de France, est né à l’époque féodale mais  s’est développé surtout au XVIème siècle. A noter la présence de très belles maisons à tourelles bâties en pierres volcaniques typiques de la région. L’église St-Mathieu abrite de riches tapisseries d’Aubusson du XVIIième siècle. On ne manquera pas de déguster le fromage AOP,  produit dans les burons d’alpage durant l’été et la viande bovine (l’allure des vaches y est caractéristique avec leurs longues cornes et leur robe couleur acajou) , qui portent  le nom de ce village.

Tournemire : classé  lui aussi parmi les plus beaux villages de France,  s’organise autour d’une église romane à visiter absolument. A quelques kilomètres, le château d’Anjony, une forteresse bien conservée, meublée et décorée  de riches fresques profanes et religieuses est à voir.

Murat : la ville aux “trois rochers”, qui sont en fait trois anciennes cheminées volcaniques. Cité médiévale et de la Renaissance, elle conserve de nombreuses belles  demeures anciennes. L’été, des visites guidées nocturnes  aux flambeaux y sont organisées. Il faut aussi visiter le Mémorial aux déportés ouvert toute l’année, sur réservation,  qui rappelle par un son et lumière que cette ville fut un  haut lieu de la Résistance.                                                                                                                                                Saint-Flour : ville singulière formée de deux parties distinctes, la ville haute bâtie à 900 mètres d’altitude sur une planèze volcanique et la ville basse située dans la vallée de l’Ander. Cette ville dispose d’un véritable système défensif naturel : les orgues basaltiques dues à une coulée de lave dont la partie supérieure a refroidi  plus vite que la partie inférieure,  donnant naissance à des colonnades d’orgues.  Elles sont visibles entre la ville haute et la ville basse. Le circuit des remparts de la ville bénéficie d’une mise en lumière nocturne,  qui mêle nature et culture. A visiter : la cathédrale St Pierre, de style gothique et à 6 km de la ville le château- fort du Sailhan. Celui-ci, âgé de 1000 ans,  entièrement restauré et meublé, se dresse sur un éperon basaltique de 30 m de haut !

Chaudes Aigues : unique station thermale du Cantal, proche de St Flour, propose les  eaux sont les plus chaudes d’Europe  (82 degrés). Les soins thermaux en rhumatologie y sont renommés. A noter que l32 sources alimentent les  thermes mais aussi les habitations depuis le XIVième siècle.  La visite de Géothermia,  musée européen  de la géothermie et du thermalisme permet de comprendre grâce à des bornes interactives et des maquettes ce qu’est cette source d’énergie naturelle.

Le viaduc de Garabit : long de 556 mètres et situé à 122 mètres de hauteur, cet ouvrage des Gorges de la Truyère est incontournable. Construit entre 1880 et 1884 par la société de Gustave Eiffel, il était lors de son édification le plus haut viaduc ferroviaire au monde tandis que son arche avait le record de la plus grande portée. Il est classé aux monuments historiques depuis 2017.

Retour à l’index des dossiers sur les volcans d’auvergne